20 décembre 2016

Réussir l’achat bureau à lyon

L’achat bureau à lyon semble avoir le vent en poupe. Bon nombre de gens souhaitent acheter des bureaux à Lyon grâce à son dynamisme. Que votre immobilier de bureau soit pour vous ou à louer, sa rentabilité est meilleure que pour les logements. Découvrez les différentes obligations de l’achat bureau à lyon et les différents risques du non-respect de ces obligations.

Achat bureau à lyon, quelles obligations s’imposent pour les acheteurs ?

Toutes personnes souhaitant procéder à l’achat bureau à lyon sont censées respecter quelques obligations. A noter que les deux parties ont chacune des devoirs et des droits. Les acquéreurs de bureaux, par exemple sont soumises à des obligations une fois la signature d’un avant-contrat effectuée. Si ce contrat est signé sous conditions suspensives, vous devez tout mettre en œuvre pour que la vente soit réalisée. Si vous n’arrivez pas à obtenir un prêt, vous devez consulter les banques ou d’autres organismes prêteurs qui peut être une solution de financement de votre projet d’achat. N’hésitez pas à présenter au vendeur la preuve de ce refus afin qu’il puisse vous croire. Vous êtes également soumis à des obligations financières. Il faut payer les frais afférents à la vente immobilière, c’est-à-dire le montant du bureau et les frais de notaire. Vous devez respecter les dates précisées dans l’acte définitif de vente en respectant les modalités de paiement. Au cas où l’acheteur détecte un vice caché, il a tout à fait le droit de suspendre tout ou partie des paiements. Pour cela, vous devez invoquer le principe d’exception d’inexécution. L’autre cas qui peut se présenter est le décès de l’acheteur. S’il décède avant d’avoir tout payé, ce sont ses héritiers qui sont tenus d’assurer le financement de l’immobilier de bureau.

Quels sont les risques en cas de non-respect des obligations achat bureau à lyon

Vous devez faire en sorte que toutes les obligations soient respectées, car en cas de non-respect vous allez vous exposer à différents risques. Pour forcer l’acheteur à payer ses dettes, le vendeur peut faire appel au Tribunal de grande instance. Si le contrat inclut une clause résolutoire qui prévoie l’annulation de la vente, il est tout à fait possible d’annuler la vente. Le vendeur peut également, soit mettre en demeure l’acheteur ou demander à la justice une résolution de la vente. C’est donc au juge de décider s’il veut annuler la vente ou proposer des facilités de paiement à l’acquéreur.

Click Here to Leave a Comment Below

Leave a Reply: